BELLE BAGARRE ET MANQUE DE CHANCE POUR PIERRE RAGUES ET SIGNATECH ALPINE ELF A SPA

Écrit par Ange Pasquali

16 août 2020

Pour la première fois depuis le mois de février, le WEC, Championnat du Monde d’Endurance FIA, a repris son cours, interrompu par la crise sanitaire. C’était ce samedi en Belgique, sur le légendaire circuit de Spa-Francorchamps.

Les 6 Heures de Spa se sont déroulées dans des conditions climatiques typiques de cette belle région des Ardennes, où tout peut arriver, même en été. La compétition s’est ainsi déroulée sous une pluie battante, imposant de fréquentes interventions de la Voiture de Sécurité, y compris au départ.

L’écurie Signatech Alpine Elf en ressort avec des sentiments mêlés, car le podium était à sa portée tandis que les circonstances en ont décidé autrement. Dans le dernier quart de course, la voiture a connu un contact avec un autre concurrent de LMP2. Et de l’espoir légitime, on est passé à la désillusion cruelle.

Spa était la sixième manche d’un Championnat qui en compte huit, et dont le calendrier a été amplement remanié en raison du Covid-19. La course a démarré dans les conditions de sécurité dictées par les prévisions de pluie intense. Cinquième sur la grille, l’équipage de l’Alpine se présentait en concurrent solide dans sa catégorie LMP2. Le team avait confié à Andre Negrão la charge de prendre le départ. Au bout de 15 minutes, la Safety Car libérait les concurrents, et André ne perdait pas une seconde pour regagner du terrain. De troisième dans sa classe, il passait rapidement deuxième, et se mettait en chasse des voitures de tête.

Vers la fin de la première heure, alors que la piste de 7,004 km se mettait à sécher, l’équipage s’arrêtait pour changer de pneus, adaptant la strategie aux circonstances. La pluie restait annoncée par les prévisionnistes, et l’Alpine A470 N°36 poursuivait son chemin avec rapidité et constance. Au cours de la deuxième heure de course, nouvelle intervention de la Safety Car, cette fois à cause d’une voiture immobilisée en piste. Mais la N°36 n’en continuait pas moins à conforter sa position parmi les trois premiers, Andre passant le relais à Pierre alors qu’il restait encore 4h13 de course à disputer.

Dans des conditions délicates et parfois piégeuses, Pierre parvint à tenir un rythme soutenu et régulier, dans la continuité de ce qu’il avait déjà montré en février à l’occasion de la dernière rencontre WEC, la Lone Star Le Mans à Austin. Survint alors un nouvel épisode de déluge, imposant une autre sortie de la Voiture de Sécurité, à 3h36 de l’arrivée. Pierre, rivé à son objectif de deuxième place, cédait le volant à Thomas Laurent, à 2h20 de la fin. L’Alpine roulait alors en pneus slicks avec tout risque de précipitations écarté.

Les 6 Heures de Spa entraient dans leur dernier quart, et l’écurie se trouvait en bagarre pour le haut du podium dans sa catégorie. Le rythme de l’Alpine A470 continuait d’être impressionnant. Supérieur à celui de ses rivales. Hélas, au moment où Thomas tentait d’en profiter pour dépasser la voiture N°29, il entra en contact avec elle. La manœuvre était audacieuse ; elle n’a pas payé.

Commentaires de Pierre :
« Il va sans dire que nous sommes profondément déçus de n’avoir pas réussi à concrétiser notre potentiel et nos espoirs dans ces 6 Heures de Spa. C’est indéniablement une occasion manquée. Nous avons démontré tout au long de ce week-end notre niveau de performance dans une compétition très disputée en LMP2. Nous avons tous travaillé dur, ensemble, ces trois derniers jours en Belgique, dans le but de décrocher un résultat représentatif de notre engagement, et au final nous sommes très déçus. Andre a fait un boulot magnifique dans le premier relais pour nous mettre en position de disputer la deuxième place. Je suis personnellement content de ma prestation : dans des conditions très instables, j’ai réussi à tenir un rythme rapide et régulier. Thomas avait bien l’intention de capitaliser sur ce que nous avions réalisé jusque-là, et il s’y est employé. Jusqu’à ce malencontreux dépassement qui ne l’a pas récompensé de ses efforts, et qui nous vaut de rentrer privés d’un beau résultat. Nous aurions aimé aborder Le Mans sur un très beau résultat. D’ici là, nous devrons garder à l’esprit le potentiel que nous sommes capables de déployer. L’Alpine est une voiture de pointe. Il est temps de le prouver à nouveau, et Le Mans sera une occasion à ne pas manquer. »

Vous devriez aimer…