DANS UN PROGRAMME CONDENSÉ AU MANS, PIERRE RAGUES ET SIGNATECH ALPINE ELF PRÊTS POUR LA COURSE

Écrit par Ange Pasquali

18 septembre 2020

Les essais et les qualifications pour les 24 Heures du Mans ont été concentrés cette année sur deux journées d’une rare intensité, jeudi et aujourd’hui. Pierre Ragues et l’écurie Signatech Alpine Elf prendront le départ demain après-midi, de la dixième place sur la grille. Au vu de ce qu’il s’est déjà passé en piste depuis plus de 24 heures, on ne peut douter que la bataille au sein de la catégorie LMP2 sera farouche.

L’événement se tient à huis clos, si bien que nombre d’animations qui accompagnent de coutume les 24 Heures du Mans, ont été annulées, tels fanfares, concerts et parades. Privés de la chaude ambiance traditionnelle et de la présence de leurs fans, les concurrents n’en ont pas moins jeté toutes leurs forces dans la préparation de la plus importante épreuve d’Endurance de la saison.

Durant la seule journée de jeudi, les équipages ont eu la piste à disposition pendant dix heures, avec, en plus, 45 minutes de qualifications ouvertes aux voitures engagées dans cette édition des 24 Heures du Mans. Cinquante-neuf en tout, dont vingt-quatre LMP2, ont ainsi procédé à leurs ultimes réglages sur les 13,629 km du Circuit de la Sarthe.

Pierre, au côté de ses équipiers Thomas Laurent et Andre Negrão, a peaufiné la mise au point de l’Alpine A470-Gibson au cours de plusieurs séances d’essais libres, entrecoupées parfois de drapeaux rouges ou autres interruptions diverses. Lors des deux premières séances, l’équipe a réussi à boucler 43 tours de pistes, par un temps très chaud. Et les coureurs ont eu le temps de retrouver leurs repères sur ce tracé emblématique, avant d’attaquer la phase qualificative

Au terme de la qualification, les six premiers de chaque catégorie devaient prendre part à un exercice inédit jusque-là au Mans : l’Hyerpole, organisée le vendredi et permettant de déterminer les premières positions sur la grille. Malheureusement pour Signatech Alpine Elf, en dépit des efforts déployés par Thomas Laurent pour décrocher une place en Hyperpole, l’équipe a frôlé l’objectif sans parvenir à l’atteindre, pour 0.183s. C’est une marge infime compte-tenu de la longueur du tracé, mais l’intransigeance des chiffres est ainsi, qui régule la compétition. Le jeudi s’est conclu par une séance nocturne de 4 heures, au cours de laquelle Pierre a pu aligner le nombre de tours réglementaire (5), dans des conditions que l’obscurité rend toujours difficiles.

Une nouvelle heure d’essais s’est tenue ce vendredi matin, pendant laquelle Pierre a repris le volant. L’équipage a bouclé 13 tours de plus, et s’est placé dans le top-8 de la catégorie LMP2. Le départ de la 88e édition des 24 Heures du Mans -la 13e pour Pierre- sera donné demain samedi à 14:30, heure locale.

Commentaire de Pierre :
« Nous avons vécu un programme condensé et chargé, mais c’est un plaisir de pouvoir disputer ces 88e 24 Heures du Mans. Ce sera ma 13e participation à cette épreuve incomparable. Il est évident que le déroulement à huis clos nous prive de la présence du public, et nos supporters nous manquent.

Nous avons toutefois pu mener nos préparatifs dans les meilleures conditions possibles, passer en revue les moindres détails susceptibles de nous apporter plus de performance encore, et nous sommes prêts. Certes, nous aurions bien aimé jouer notre carte en Hyperpole. La perspective de cette nouvelle séquence au Mans était pour nous très excitante. Malgré tout, nous sommes raisonnablement satisfaits de notre niveau de performance au sein d’une catégorie où les écarts sont faibles, et la lutte archi serrée.

Nous avons bénéficié de suffisamment de temps en piste pour nous familiariser de nouveau avec elle. Ce circuit est absolument magnifique, par le défi qu’il représente en soi, sur une épreuve de 24 Heures. Nous avons pu assurer le nombre de tours requis de nuit. Nous sommes désormais totalement concentrés sur notre stratégie de course, prêts à éviter les écueils et affronter les aléas qui manquent rarement de survenir sur une telle durée. »

Vous devriez aimer…